Implantation d’un Living Lab pour l’innovation transterritoriale en bioalimentaire

Ce projet consiste à implanter un Living Lab, un réseau d’apprentissage trans-territorial en bioalimentaire favorisant la mutualisation de savoirs partagés et de cocréation de solutions parmi les acteurs du milieu, dans le but de soutenir les modèles émergents en agriculture. L’intégration de projets de territoires appliqués durant le volet d’expérimentation aidera à valider la structure et les modes de fonctionnement proposés pour les trois produits du Living Lab, soit le développement d’une communauté de pratique, d’un processus de mobilisation et d’accompagnement à l’entrepreneuriat collectif et de réseaux d’entreprises en émergence représentant des produits concrets du projet.

Back to the list

Alliance bioalimentaire

Ce projet d’alliance entre Agrinova, Biopterre, Cintech et CISA sur la valorisation de la chaîne bioalimentaire nordique consiste à créer une synergie de recherche et de développement entre les CCTT, impliquant le partage des savoirs et des compétences complémentaires. Dans une perspective de développement territorial, les membres visent à développer des connaissances et tirer avantage des opportunités dans le domaine du bioalimentaire afin d’aider les communautés nordiques à diversifier leurs économies locales par la mise en valeur des ressources à haute valeur ajoutée dans le monde, tout en respectant les cultures des communautés nordiques puisqu’elles seront des parties prenantes de premier plan.

Back to the list

Service de remplacement pour les agriculteurs

Un service de remplacement permet aux agriculteurs d’être remplacés en cas d’accident, de maladie, de décès, de congé parental ou d’implication professionnelle. Il vient également permettre aux productrices et producteurs agricoles de prendre des vacances pour un répit bienfaisant ou d’obtenir  un coup de pouce lors de surcroît de travail.

La démarche entreprise par le CISA s’inspirait d’initiatives européennes. Dans un premier temps, la démarche visait à identifier les besoins des producteurs agricoles québécois et à analyser les modalités de fonctionnement d’un tel service pour l’adapter au contexte québécois. Dans un deuxième temps, un projet pilote de service de remplacement a été implanté et expérimenté avec des producteurs agricoles de la région du Centre-du-Québec et de l’Estrie.

Le service de remplacement (SDR) des producteurs laitiers a été en opération à partir du mois octobre 2013 jusqu’en novembre 2014. Il regroupait 34 entreprises laitières en provenance des MRC d’Arthabaska et de l’Érable. Ce projet a suscité beaucoup d’intérêt et de nombreux acteurs se sont mobilisés afin de créer une structure qui permet de poursuivre et d’améliorer le projet expérimental. Voici ses coordonnées :

Coopérative de solidarité de services de remplacement agricole

672, rue de L’Académie

Victoriaville (Québec) G6R 0V2

Téléphone : 819 291-0882

Courriel : coop.solidarite.agricole@gmail.com

Personne‑ressource à contacter : Mme Christine Gaudet

Le service de remplacement (SDR) des producteurs apicoles s’est déroulé de la mi-juillet à la mi-novembre 2014. Il regroupait 9 entreprises apicoles situées dans les régions du Centre‑du‑Québec et de l’Estrie. Un des défis du projet était de mettre en place une structure qui permettrait la rétention de la main-d’œuvre qualifiée sur une base annuelle dans un contexte de production saisonnière.

Partenaires producteurs laitiers : Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche, de la Science et de la Technologie (MESRST), producteurs laitiers du Centre‑du‑Québec, Promotuel Bois‑Francs et Groupe Promutuel, Centre d’Emploi agricole du Centre-du-Québec, Coop des Bois‑Francs et Coop des Appalaches.

Partenaires : Conseil de recherche en sciences humaines, 9 producteurs apicoles du Centre‑du‑Québec et de l’Estrie.

Revue de presse:

Allocution de M. Marcel Groleau, président de l’UPA, lors du lancement de la Coopérative de solidarité de services de remplacement agricole, 11 novembre 2014

La Coopérative de solidarité de services de remplacement agricole voit le jour au Centre-du-Québec, 11 novembre 2014

Enfin du répit pour les agriculteurs, Radio-Canada Première, Émission Désautels le Dimanche, 3 août 2014

Le téléjournal Estrie, Radio-Canada, à 12 minutes 55 secondes, 14 juillet 2014

Des acteurs du milieu agricole se mobilisent, La Nouvelle Union, 12 juillet 2014

Back to the list

Banque de fermes

Ce projet vise à créer un portail web agissant comme un observatoire intégré sur la relève agricole, à développer un outil de diagnostic sur la transmissibilité des fermes et à implanter une banque de fermes. Le portail agira comme un carrefour de maillage entre les cédants sans relève avec la relève sans ferme au sein d’une banque de données volontaire et confidentielle. Le portail rassemblera aussi les informations, les analyses, les recherches, les publications, la formation et l’animation utile afin de maximiser sa pertinence pour contribuer de manière originale aux enjeux de la relève agricole, de la succession des terres agricoles et de l’entrepreneuriat agricole au Québec.

Back to the list

Fiducies foncières agricoles

Ce projet vise à favoriser le développement des fiducies foncières agricoles (FFA) en contexte québécois afin de préserver des terres pour la production agricole, soutenir la relève agricole et favoriser l’occupation dynamique du milieu rural. Le projet en partenariat du CISA avec l’organisme Protec-Terre est une première au Québec. Protec-Terre est le seul organisme québécois ayant réussi à implanter concrètement une FFA au Québec et reçoit de plus en plus de demandes d’acteurs différents afin d’accompagner l’implantation de FFA pour assurer la préservation et la protection des terres agricoles. Cependant, il n’y a pas de systématisation de savoirs, de connaissance fine sur les modèles ni d’outils d’accompagnement pour l’établissement de fiducies foncières agricoles au Québec. La recherche a donc comme objectif d’approfondir les connaissances afin de les transférer à Protec-Terre et aux autres acteurs concernés.

Back to the list

Travailleurs migrants temporaires

L’étude sur la main-d’oeuvre migrante en agriculture a combiné des informations qualitatives et quantitatives recueillies auprès de 179 employeurs et 200 TMT. Les objectifs spécifiques étaient les suivants : dresser l’état de la situation des TMT sur les fermes du Québec et connaître les défis qui se présentent autant chez les employeurs que les TMT; cerner les processus de recrutement, d’accueil et d’intégration des TMT; décrire les conditions de travail et la gestion de la diversité culturelle sur les fermes; mesurer le degré de satisfaction et les facteurs la favorisant chez les TMT et chez les employeurs.

Back to the list

Facteurs de succès de la ferme de fruits et légumes

Ce projet consistait à hiérarchiser les facteurs internes contribuant au succès à long terme des fermes de fruits et légumes au Québec, dans le cadre d’une série de recherche d’Agriculture et Agroalimentaire Canada. Dans le cadre de cette étude québécoise, dix-huit producteurs ont été questionnés sur cinq facteurs par le biais d’entrevues de groupe ethnographique, soit (1) la technologie et l’innovation; (2) la gestion et l’administration; (3) l’entreprenariat et la gestion du risque; (4) la taille de la ferme; (5) la famille et la communauté.

Back to the list