La sécurité alimentaire chez les Attikamekw

(En cours) Le projet du CISA, en partenariat avec Développement économique Opitciwan inc. et la direction de l’aménagement du Conseil des Atikamekw d’Opitciwan, financé par le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH), vise à analyser l’écosystème alimentaire du milieu afin de répondre aux besoins de la communauté et de développer avec elle des pistes de solutions pour atteindre une plus grande autonomie alimentaire. À partir d’une méthodologie participative, différents scénarios ont été identifiés par la recherche afin d’accroître sa capacité à produire localement des aliments frais, à développer sa culture entrepreneuriale et à s’approprier culturellement ces pratiques. Six espaces de jardinage ont été créés avec la communauté en 2019 et 2020 : un jardin communautaire, un jardin au refuge des femmes, un jardin au CPE, des bacs à la maison des aînés, une serre capotowan (habitation traditionnelle en toile), ainsi qu’une parcelle de jardinage pour la sécurité alimentaire. Une serre pédagogique est prévue pour 2021.

Retour à la liste

Inventaire et analyse du système alimentaire durable du Centre-du-Québec (SAD C.-Qc)

Des travaux réalisés dans la dernière décennie ont conduit les acteurs des MRC de la région du Centre-du-Québec à établir un consensus sur la priorité que représente la sécurité alimentaire. Aujourd’hui, il est essentiel de poursuivre le travail en ce sens en s’appuyant sur la concertation régionale.

Dans le cadre de la stratégie gouvernementale pour assurer l’occupation et la vitalité des territoires (OVT) au Centre-du-Québec, un fonds permet maintenant aux acteurs de la Table des MRC de travailler sur différents chantiers. Celui sur les services de proximité, le chantier #5, est la porte d’entrée choisie pour répondre aux défis reliés à la sécurité alimentaire. Des rencontres récentes ont permis de conclure de l’importance de dresser un portrait-diagnostic du système alimentaire pour être en mesure de décider de projets qui auront des impacts tangibles sur la sécurité alimentaire.
Pour faire des choix de projets et pour agir au bon niveau et au bon endroit vers une plus grande sécurité alimentaire, le demandeur souhaite obtenir « un outil » qui éclaire l’état de notre système alimentaire. Le résultat souhaité est de mieux comprendre quels en sont les ressources, la dynamique systémique du cycle alimentaire et les enjeux sur lesquels il faut travailler et investir nos énergies, mais aussi nos ressources financières dans l’avenir.

Durée du projet :
Mars 2020 à septembre 2021

Personnes-ressources :
Marie-Joëlle Brassard, chercheuse senior
brassard.marie-joelle@cegepvicto.ca
819 758-6401, poste 2362

Christine Gingras, chargée de projet en recherche
gingras.christine@cegepvicto.ca
819 758-6401, poste 2373

Denise Godonou, chargée de projet en recherche
godonou.denise@cegepvicto.ca
819 758-6401, poste 2369

Partenaire :
Table des MRC du Centre-du-Québec

Retour à la liste

Étude de marché des produits alimentaires régionaux au Centre-du-Québec

Au Centre-du-Québec, toutes les MRC ont une forte volonté d’augmenter l’accessibilité aux produits locaux. C’est en avril 2018 que s’est tenu le Forum sur la mise en marché des légumes au Centre-du-Québec qui réunissait producteurs et intervenants en mise en marché. Le forum a permis de définir cinq projets collectifs à réaliser d’ici 5 ans pour permettre aux producteurs de développer leurs marchés. La priorité a été mise sur une mise en marché regroupée. Par la suite, le comité de travail du chantier 4 « Valoriser le milieu agricole » a déterminé qu’une plateforme numérique adaptée serait un moyen concret pour regrouper une offre de produits maraîchers et fruitiers, augmentant ainsi la disponibilité et la pénétration des fruits et légumes sur le territoire du Centre-du-Québec.

Pour faciliter ce projet d’envergure, le Centre d’innovation sociale en agriculture (CISA) a été mandaté pour établir un portrait du marché et des besoins des consommateurs du Centre-du-Québec dans le but de développer un canal de commercialisation virtuel de mise en marché collective des produits maraîchers et des petits fruits au Centre-du-Québec. Plus spécifiquement, il s’agit d’établir un portrait de l’offre de produits maraîchers au Centre-du-Québec, d’établir un portrait de la clientèle visée et de déterminer les conditions gagnantes à mettre en place pour augmenter l’approvisionnement du marché des hôtels, restaurants et institutions.
Le projet vise donc à identifier les acteurs impliqués dans la chaîne logistique de la mise en marché des fruits et légumes frais de proximité vendus en dépanneur, à documenter les rôles des acteurs (interactions, modes opérationnels internes) et coconstruire en binôme (un dépanneur et le producteur partenaire) des scénarios de chaîne logistique pour un flux informationnel optimal et synchronisé et identifier les facteurs constants et variables de cette chaîne logistique dans une perspective de mise en œuvre.

Durée du projet :
Septembre 2019 à mai 2020

Personnes-ressources :
Christine Gingras, chargée de projet en recherche
gingras.christine@cegepvicto.ca
819 758-6401, poste 2373

Denise Godonou, chargée de projet en recherche
godonou.denise@cegepvicto.ca
819 758-6401, poste 2369

Partenaire :
MRC de Nicolet-Yamaska au nom de l’ensemble des MRC du Centre-du-Québec

Retour à la liste

Modélisation d’un dispositif logistique de mise en marché de fruits et légumes de proximité dans les dépanneurs indépendants

Les dépanneurs indépendants membres de l’ADA souhaitent mettre en marché des fruits et légumes frais produits par les agriculteurs régionaux pour répondre aux enjeux de société portés de plus en plus par leur clientèle (environnement, soutien à l’économie locale, saines habitudes de vie, etc.). Pour ce faire, une chaine logistique adaptée sera définie en fonction des particularités des dépanneurs, aux conditions des producteurs agricoles locaux et aux intérêts de la clientèle (santé, relation avec les producteurs de leur territoire, traçabilité, etc.).

Durée du projet :
Octobre 2019 à décembre 2020

Personne-ressource :
Christine Gingras, chargée de projet en recherche
gingras.christine@cegepvicto.ca
819 758-6401, poste 2373

Partenaires :
Association des détaillants en alimentation du Québec (ADAQ)
Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG)

Retour à la liste

Soutien et accompagnement pour le démarrage du projet maraîcher Centre-du-Québec

L’ensemble des MRC du Centre-du-Québec ont sur leur territoire des enjeux communs à adresser. Un chantier régional sur les enjeux agricoles a ciblé le besoin du développement des marchés des produits régionaux. Ainsi, un comité de travail portant sur l’enjeu « Promotion et commercialisation » a été créé afin de proposer un projet répondant à ce besoin. Le projet Démarche visant à augmenter la disponibilité et l’accessibilité des produits maraîchers centricois dans divers canaux de commercialisation au Centre-du-Québec a été déposé au Fonds d’appui au rayonnement des régions. De ce projet, un mandat a été attribué au CISA.

Le mandat général consiste à soutenir et accompagner les parties dans le démarrage du projet Démarche visant à augmenter la disponibilité et l’accessibilité des produits maraîchers centricois dans divers canaux de commercialisation au Centre-du-Québec. Ce projet consiste à créer un regroupement structurant de producteurs agricoles et de partenaires du territoire qui collaborent et réseautent entre eux dans un objectif de mise en marché locale au Centre-du-Québec.

Durée du projet :
Août à décembre 2019

Personne-ressource :
Christine Gingras, chargée de projet en recherche
gingras.christine@cegepvicto.ca
819 758-6401, poste 2373

Partenaire :
MRC de Nicolet-Yamaska au nom de l’ensemble des MRC du Centre-du-Québec

Retour à la liste

Analyse de l’approvisionnement du marché institutionnel dans la MRC d’Arthabaska

La plupart des institutions, qu’elles soient publiques ou privées, considèrent les aliments comme de simples marchandises qu’il faut se procurer au plus bas prix. Ces établissements vivent avec un paradigme du « meilleur prix » donnant préséance au prix le plus bas. Rarement ceux-ci embrassent une vision considérant l’ensemble des retombées sanitaires, économiques et environnementaux des aliments locaux produits de manière durable qui sont servis aux élèves, aux étudiants, aux membres du personnel et aux familles. Il s’agit également de transformer les pratiques actuelles des établissements afin qu’ils consacrent, soit une plus grande part de leur budget alimentaire à l’achat d’ingrédients locaux et durables ou de permettre la mise en place de structure innovante permettant une économie de substitution afin de permettre un plus grand budget alimentaire à l’achat de ces dits aliments.

Dans le cadre de la réalisation du Plan de développement de la zone agricole (PDZA) de la MRC d’Arthabaska, un groupe de travail a été créé afin d’étudier les conditions de réussite dans le but de mettre des aliments locaux et sains dans les assiettes de nos établissements publics et ainsi de transformer nos pratiques alimentaires. C’est dans le cadre de cette réflexion que le CISA s’est vu donner un mandat.

Le projet vise l’analyse des besoins des marchés alimentaires institutionnels publics et privés dans la MRC d’Arthabaska afin de connaître le mode de gestion des services alimentaires – de l’autogestion ou de la gestion contractuelle; du processus d’approvisionnement; de la préparation des aliments; de la gestion des stocks et de la conservation; du service de repas; du type de repas, etc. Elle permettra également de connaître les structures financières des repas et collations, les mécanismes d’approvisionnement des aliments, le cadre légal et budgétaire et les caractéristiques de la demande, la répartition des rôles et responsabilités dans les services alimentaires, et ce, pour l’ensemble des entreprises de la MRC d’Arthabaska.

Durée du projet :
Juillet 2019 à juillet 2020

Personne-ressource :
Christine Gingras, chargée de projet en recherche
gingras.christine@cegepvicto.ca
819 758-6401, poste 2373

Partenaire :
Corporation de développement économique de Victoriaville et sa région (CDEVR)

Retour à la liste

L’agriculture en ville : un contexte de transition à saisir (Plan d’agriculture urbaine)

La réalisation du plan d’agriculture urbaine (PAU) à Victoriaville est le résultat d’un projet pilote sélectionné et soutenu par le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ). Les projets sélectionnés comptent deux communautés autochtones, deux MRC et cinq municipalités.

Pour réaliser le PAU, la Ville de Victoriaville s’est associée à l’expertise du Centre d’innovation sociale en agriculture (CISA) du Cégep de Victoriaville.

Ce plan résulte de la participation engagée de citoyens et de représentants de domaines d’activité diversifiés et souvent réunis en réseaux. La démarche participative a permis d’enraciner les engagements dans le vécu de chacun.

La Ville de Victoriaville a opté pour une approche mobilisatrice, innovante et concertée. Pour ce faire, l’attention a porté sur les besoins et les réalités vécues par les organismes et citoyens, par les entreprises et par les acteurs qui participent aux différentes étapes de la production agricole.

Partant de cette volonté, les cibles qui ont animé la démarche étaient les suivantes :

  • Une autonomie agroalimentaire accrue et une responsabilisation des citoyens dans la production et l’accès à la nourriture;
  •  Des conditions favorables pour accroître la production et l’achat local de nourriture, hausse d’entreprises agroalimentaires et revenus locaux;
  • Des actions concrètes pour mieux partager la valeur créée : valeur économique, écologique et sociale;
  • Une vision et des actions concrètes pour lutter contre l’insécurité agroalimentaire;
  • La promotion de saines habitudes de vie : citoyens, entreprises et groupes;
  • L’accès à une saine alimentation par l’apprentissage à la production et à la transformation;
  • Des modèles novateurs de production en respect des domaines qui composent l’agriculture urbaine tout en intégrant les étapes de la chaîne de valeur agroalimentaire, de la semence à la gestion des surplus.

Durée du projet :
Mars 2018 à décembre 2019

Personnes-ressources :
Marie-Joëlle Brassard, chercheuse senior
brassard.marie-joelle@cegepvicto.ca
819 758-6401, poste 2362

Christine Gingras, chargée de projet en recherche
gingras.christine@cegepvicto.ca
819 758-6401, poste 2373

Partenaires :
Ville de Victoriaville
Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ)

Revue de presse :
https://www.lanouvelle.net/2019/03/21/les-citoyens-invites-a-se-prononcer-sur-lagriculture-urbaine/

Retour à la liste

Accompagnement à l’expansion du marché virtuel de proximité régionale de Victoriaville – Mon Marché

Augmenter la pénétration des produits agroalimentaires locaux auprès de la population est une vision partagée par plusieurs acteurs de la région du Centre-du-Québec. Le projet de relocalisation et de développement de Mon Marché est un projet tangible pour faire rayonner les produits d’ici. Avec la participation de partenaires du milieu engagés dans l’avenir de l’agroalimentaire de la région, le marché virtuel de proximité Mon Marché s’installe dans des locaux du Cégep de Victoriaville pour sa dixième année d’existence. Plus qu’une entente de location, le partenariat entre le Cégep, à travers les composantes de son Institut national d’agriculture biologique, et Mon Marché vise le développement d’une collaboration étroite entre les deux organisations.

Le CISA a été mandaté pour accompagner Mon Marché dans cette transition visant à améliorer l’expérience d’achats en ligne, mettre en place une boutique de produits régionaux, diversifier les produits et planifier l’offre ainsi que plusieurs développements des services de Mon Marché offriront des canaux de commercialisation plus efficaces pour les producteurs et transformateurs de la région.

Début du projet :
Avril 2018

Personne-ressource :
Christine Gingras, chargée de projet en recherche
gingras.christine@cegepvicto.ca
819 758-6401, poste 2373

Partenaire :
Mon Marché

Revue de presse :
https://www.lanouvelle.net/2019/09/17/mon-marche-ouvre-une-boutique-au-cegep/
https://www.cegepvicto.ca/nouvelle/nouvelle-boutique-de-produits-locaux-a-victoriaville/

Retour à la liste

Vitaliser les territoires par la remise en exploitation de terres agricoles marginales

Quels sont les facteurs et les conditions favorables à la remise en exploitation des terres dévitalisées?  Quelle implication par les différents acteurs territoriaux contribue à valoriser les terres agricoles dévitalisées?  Cette recherche veut comprendre quels sont les différents modèles possibles pour la remise en valeur de ces terres sous-exploitées ou dites en friche. L’objectif est la production d’un outil d’accompagnement en soutien à la remise en exploitation des terres marginales, adressé aux acteurs des territoires soucieux de cet enjeu. Le CISA, en partenariat avec l’Université du Québec à Rimouski (UQAR) et la Table de concertation bioalimentaire du Bas-Saint-Laurent (TCBABSL), contribue à l’expérimentation de 4 laboratoires ouverts vivants, qui visent la remise en exploitation de parcelles de terre dévitalisées sur la base d’un modèle participatif coopératif impliquant les acteurs de la chaîne de valeur agricole et agroalimentaire. Ce dernier permettra de proposer un déploiement qui repose sur un modèle qui a fait ses preuves.

Début du projet :
4 mars 2018

Personnes-ressources :
Marie-Joëlle Brassard, chercheuse senior et chargée de projet en recherche
brassard.marie-joelle@cegepvicto.ca
819 758-6401, poste 2362

Catherine Théberge, chargée de projet en recherche
theberge.catherine@cegepvicto.ca
819 758-6401, poste 2368

Partenaires :
Université du Québec à Rimouski (UQAR)
Table de concertation bioalimentaire du Bas-Saint-Laurent (TCBABSL)
Atelier de transformation agroalimentaire des Basques (ATAB)
Société d’aide au développement des collectivités (SADC) du Témiscouata
Évolusol inc.
MRC de la Mitis

Revue de presse :
https://www.lavantage.qc.ca/article/2018/03/01/un-laboratoire-vivant-lance-pour-la-valorisation-des-terres-agri

Retour à la liste

Modèle de gestion intégrée de l’eau en lien avec le réservoir Beaudet

D’une part, la Ville de Victoriaville amorçait une étape stratégique de la restauration du réservoir d’eau municipal et de la préservation de son bassin versant. D’autre part, le contexte de changements climatiques et les répercussions sur l’environnement font en sorte que les impacts débordent dans le seul réservoir d’eau et touche plusieurs organismes territoriaux qui gèrent l’une ou l’autre des ressources.

De plus, plusieurs acteurs sont concernés d’une façon ou d’une autre.  Ce sont notamment les citoyens, les producteurs agricoles, les propriétaires forestiers, 5 municipalités localisées en amont du réservoir Beaudet, l’UPA régional, le MAPAQ, le Club conseils Agro Bois-Francs, le Regroupement des organismes de bassins versants du Québec (ROBVQ), COPERNIC (organisme de concertation pour l’eau des bassins versants de la rivière Nicolet).

L’objectif général

L’objectif général du projet consistait à accompagner les acteurs territoriaux dans la cocréation et la mise en œuvre d’un modèle qui favorisent l’application de pratiques novatrices de gestion de l’eau, modèle qui sera autoporté par les usagers concernés.

Durée du projet :
Mars à décembre 2017

Personne-ressource :
Marie-Joëlle Brassard, chercheuse senior
brassard.marie-joelle@cegepvicto.ca
819 758-6401, poste 2362

Partenaires :
Ville de Victoriaville
COPERNIC

Vidéo :
https://www.youtube.com/watch?v=GgIoMX0NTM4&t=22s

Lien :
https://www.victoriaville.ca

 

Retour à la liste